LIGNES DE FORCES - PARIS

Galerie  Le 59 Rivoli - du 4 au 16 octobre 2022

Nous sommes 6 photographes réunis autour du sujet de la résilience. Ainsi 6 propositions artistiques ont vu le jour avec une grande diversité abordant des questions touchant à l’intime, au souvenir, au territoire, pour faire commun dans le cadre d’une première exposition, présentée à Lyon en février 2022. LIGNES DE FORCES est exposée à nouveau à l’Espace 59 à Paris du 4 au 16 octobre 2022.


A travers ce projet nous avons souhaité mettre en lumière un aspect de la crise du covid : la mise à distance entre générations.
C’est cette défiance intergénérationnelle, née de la contrainte de s’éviter que nous souhaitons réparer.
Où en sommes-nous de la transmission dans une société qui se cloître?
« Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait » dit l’adage comme en miroir...
C’est ainsi que nous avons imaginé de recréer cette discussion qui n’a pas eu lieu.
Les anciens prodiguent un conseil.
Les jeunes évoquent leurs espoirs.
Et nous? Pour ne pas rester spectateurs, il nous faut agir, sortir les mains de nos poches ou poser notre smartphone. C’est l’effort et le mouvement de chacun vers l’autre de chacun qui permettra la transmission.
La crise nous a replié sur nous-mêmes, alors nous proposons un déploiement vers les autres ; pour lire, pour apprendre, pour comprendre ces lignes, il ne suffira pas de regarder ; il faudra tendre un miroir sur les portraits des jeunes et des anciens pour y déchiffrer leurs messages car nos photographies sur plaques de fer sont des épreuves originales où tout y est inversé comme dans un miroir.
En 1839 on disait d’un daguerréotype, c’est « un miroir qui se souvient » ce projet est aussi un clin d’œil au premier procédé de l’histoire de la photographie et à une forme d’authenticité que nous reproduisons dans notre studio.

WANTED - PARIS

Galerie  Le 59 Rivoli - du 5 au 17 avril 2022

Cette exposition est née du vol d’une photo, un petit larcin ordinaire mais lourdement symbolique. En plein séchage, quelques minutes à peine après avoir été pris, un portrait d’Ulrich Corvisier a été dérobé. Il surplombe par son absence toute l’exposition WANTED, dont il est pour ainsi dire la tête d’affiche. Aux styles radicalement différents, Samuel Vazquez Garcia et Khriska & Flow de la Cage aux Fauves s’allient pour explorer le regard, le corps et les blessures d’Ulrich, le modèle au portrait volé. Venez découvrir cet hommage, symbiose entre la tradition de la photographie au collodion et la modernité numérique.


Pour suivre l'enquête et nous aider à retrouver la photo volée, allez sur Wanted, l'expo.

LIGNES DE FORCES - LYON

Galerie Poltred - du 13 janvier au 10 février 2022

Projet initié par William Léon et Laurence Papoutchian fin 2020, il est adressé à 6 photographes collodionistes. Ce projet s’inscrit dans une forme de résilience que nous avons vécu collectivement en refabriquant un lien aux autres à travers notre travail. Chacun a interprété le thème proposé en résonnance à son travail et sans se consulter avec une très grande variété. C’est donc avec cette Ligne de Forces que notre collectif s’est imposé à nous.


A travers ce projet nous avons souhaité mettre en lumière un aspect de la crise du covid : la mise à distance entre générations.
C’est cette défiance intergénérationnelle, née de la contrainte de s’éviter que nous souhaitons réparer.
Où en sommes-nous de la transmission dans une société qui se cloître?
« Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait » dit l’adage comme en miroir...
C’est ainsi que nous avons imaginé de recréer cette discussion qui n’a pas eu lieu.
Les anciens prodiguent un conseil.
Les jeunes évoquent leurs espoirs.
Et nous? Pour ne pas rester spectateurs, il nous faut agir, sortir les mains de nos poches ou poser notre smartphone. C’est l’effort et le mouvement de chacun vers l’autre de chacun qui permettra la transmission. La crise nous a replié sur nous-mêmes, alors nous proposons un déploiement vers les autres ; pour lire, pour apprendre, pour comprendre ces lignes, il ne suffira pas de regarder ; il faudra tendre un miroir sur les portraits des jeunes et des anciens pour y déchiffrer leurs messages car nos photographies sur plaques de fer sont des épreuves originales où tout y est inversé comme dans un miroir.
En 1839 on disait d’un daguerréotype, c’est « un miroir qui se souvient » ce projet est aussi un clin d’œil au premier procédé de l’histoire de la photographie et à une forme d’authenticité que nous reproduisons dans notre studio.

ECLOSION - PARIS

Hotel Declic - de juin 2018 à juin 2022

"La photographie est une science et un art à la portée de tous, exercée par chacun car la théorie s’apprend en une heure. Ce qui ne s’apprend pas en revanche c’est le sentiment de la lumière, l’application artistique et l’intelligence morale du sujet ; le tact qui met en communication avec le modèle afin de ne pas reproduire la banale ressemblance mais mettre en valeurl’intimité, la personnalité. La photographie est l’art psychologique de la beauté intérieure." Felix Nadar (1820-1910)


Si tu fermes les yeux, tu verras peut-être les lumières de ta propre rétine non pas sans ressemblance à une aurore polaire, aux mouvements de la pensée commune, une accumulation sans forme. Ouvre les yeux, tu vis à une époque dans laquelle les choses n’ont une existence que lorsqu’elles sont saisies en tant qu’image. Le collodion est la part de rêve dans la réalité.