Photographie à l'ancienne – Studio photo au collodion humide

Photographie à l’ancienne

Studio photo collodion la cage aux fauves paris
La cage aux fauves et le fauvisme
20 février 2019
studio photo collodion la cage aux fauves paris
Montmartre addict & la cage aux fauves
19 mars 2019

Photographie à l’ancienne

Photographie à l'ancienne : la cage au fauves

Une idée cadeau insolite et l’assurance de passer un très bon moment.

Flow et Khriska sont installées dans un lieu inspiré à Montmartre, à deux pas de la place Pigalle. C’est là qu’Utrillo, Valadon, Braque et Dufy, des « fauves » à leur manière, ont ,eux aussi, sorti leur pinceaux dans le quartier.

Ces deux artistes proposent de « remonter le temps, le temps d’une pose ». Dans leur studio, l’une sort optiques diverses, daguerréotypes, Union cases (ces photos de ces enfant avant leur départ au combat pendant la guerre de sécession), ambrotypes (procédé monochrome positif direct). Découvrez en sa compagnie l’appareil « stéréo » avec deux objectifs et les débuts de la photo, sous vos yeux ébahis. Car c’est presque comme au musée, mais on peut toucher et regarder de près ; sortir des tiroirs tout en écoutant les explications de Khriska.

Pose magique

Comptez une heure pour la séance et 230 euros pour repartir avec une photo unique, immortelle, sur verre ou sur fer encadrée. Le Déclic hôtel, 17 rue Duhesme – dont toutes les chambres rendent hommage à la photographie – présentait pour Noël, la série de clichés « Parisiennes, Parisiens ». La photographie à l’ancienne ajoute au charme du lieu !

L’autre :

Flow prépare les plaques de verre. Elle travaille selon la technique du collodion humide qui nécessite tour de main, mais pas seulement ! Quelques connaissances en chimie sont nécessaires. Quand c’est prêt, la plaque est glissée dans la chambre à soufflets, très impressionnante. La photographe s’installe sous le dais en tissu. Et le sujet, la tête immobilisée, va pouvoir « dompter son image ». Le temps de pose est de 15 secondes. La photo est développée dans la demi-heure qui suit. Magie, le négatif se révèle, aussitôt rincé, fixé dans un bain et lavé. C’est là que tout se joue, dans la maîtrise des procédés chimiques qui créent la photo.

Vous voici en possession d’une véritable œuvre unique, un naguerréotype, autre nom de la photographie à l’ancienne, comme l’ont nommé ses conceptrices.

Photo le18ème du mois – auteur : Thierry Nectoux

Comments are closed.

UA-123456